Posture de boxe

Programme LIFE

Le switch de physiologie/posture

 

Le switch de posture/physiologie demande une bonne connaissance de son propre corps et de ses modes de fonctionnement cognitifs dans une action spécifique, ou sous le coup d'un processus émotionnel particulier. En effet, la technique va consister à prendre conscience de la physiologie en cours lors d'une action, au niveau musculaire, attitude, posture et dialogue interne, et de modifier volontairement toutes ces composantes pour qu'elles correspondent mieux à un mode de fonctionnement optimal. En effet, si l'on reprend le schéma événement-réponse :

 

Screenshot 2020-10-18 at 12.05.22.png

 

Tout événement extérieur (un stimulus) ou extérieur (une pensée auto-générée) va conduire à une analyse grossière par l'amygdale des informations, en fonctions de nos filtres sensoriels et cognitifs, et peut générer un processus émotionnel avant même que l'information soit captée par notre système cognitif avancé (pour plus de détails, rendez vous dans la section neurologie). Tout processus émotionnel s'accompagne d'un focus attentionnel particulier (vous ne faites pas attention aux mêmes informations lorsque vous êtes de bonne humeur, en colère ou si vous êtes anxieux) et d'une physiologie propre : vos muscles se contractent ou se détendent en fonction de vos émotions.

Ainsi, prendre volontairement le contrôle de sa physiologie peut vous aider à sortir d'une émotion qui pourrait contrecarrer vos objectifs à long terme. Prenons un exemple : vous êtes au volant de votre voiture et un autre véhicule vous fait une queue de poisson. Le stimulus court-circuite le système de pensée rationnelle (qui est censé vous dire : toute information sur la route ne sert qu'à adapter ma conduite pour arriver en sécurité à destination) et est capté par l'amygdale via la voie courte, laquelle active immédiatement un processus émotionnel de colère (il y a eu préjudice, donc je dois obtenir réparation). Cette colère va vous faire focaliser votre attention sur le véhicule en question, parfois en masquant totalement les autres informations (la sortie que vous deviez prendre par exemple) et va générer des tensions dans le corps : les mains se crispent sur le volant, les muscles du cou se contractent, vos pupilles se rétractent pour tunneliser sur le véhicule ...

A ce moment là, si vous avez déjà travaillé sur votre switch de posture, vous pouvez prendre conscience de votre activation énergétique, et décider consciemment de modifier votre physiologie : vous expirez profondément, vous décontractez les muscles de la nuque et vous faites des mouvements de décontraction des épaules, vous relâchez vos mains et/ou faites pianoter vos doigts. Vous prenez le contrôle de votre dialogue interne, possiblement en procédant à un changement de perspective : "peut être que son fils vient d'avoir un accident, ou que son épouse a perdu les eaux". Vous pouvez également changer votre focus attentionnel, en sortant de la tunnelisation et en reprenant contact avec le trafic, mais aussi l'environnement, les arbres, les buildings, la couleur du ciel (en toute sécurité bien sûr!) ... En modifiant votre physiologie et votre focus, le processus émotionnel en cours se modifie de facto, puisque votre posture, attitude, focus et pensées ne correspondent plus.

 

Screenshot 2022-05-31 at 15.18.23.png
Sketch cerveau

Système 1 et système 2

mistake-968334_1920.jpg

La gestion de l'erreur

lens-3046269_1920.jpg

Les modes de concentration

Projection de la Terre

La projection mentale

Screenshot 2021-05-16 at 13.52.00.png

Diagramme et images de performance

Posture de boxe

Le switch de physiologie

person-4733756_1920.jpg

Le dialogue interne

Nageur dans une piscine

La bulle d'action

lightbulb-3104355_1920.jpg

La théorie d'Atkinson

light-579290_1920.jpg

L'organe de ressources