Nageur dans une piscine

Programme LIFE

Les bulles d'action

 

Page actuellement en cours de rafraichissement, elle sera bientôt totalement opérationnelle. Merci de votre compréhension !

 

 

Les bulles d'action (BA) sont un des outils les plus efficaces et utilisés par les opérationnels des forces spéciales et par les sportifs de haut niveau, et pour cause : ils permettent de focaliser son attention sur les éléments les plus pertinents de l'action, tout en s'affranchissant au moins à minima des distracteurs potentiels. Une bulle d'action se base sur l'ensemble des concepts abordés précédemment : connaissance de soi, des distracteurs potentiels, des éventuels trauma triggers et des éléments pertinents pour les actions à venir, des forces de caractère et des valeurs fondamentales, et de tous les outils physiologiques à disposition pour calibrer ses niveaux énergétiques et émotionnels. Tout cela condensé va permettre de définir une organisation à l'action, comprenant un début, un processus et une fin.

 

Bien entendu, toute action ne nécessite pas de définir une BA : vous n'avez pas besoin d'un protocole strict pour vous brosser les dents le matin. Les BA sont par contre essentielles pour toutes les actions critiques, c'est à dire avec enjeux et/ou des conséquences potentiellement importantes. Voici quelques exemples :

   - Pilote de ligne : atterrissage, décollage, turbulences, manœuvres pendant mauvaise météo, tout dysfonctionnement de l'appareil ...

     - Médecin : entrée dans un box de patient, intubation, prise en charge d'un Accident de la Voie Publique, toute pathologie médicale urgente source de stress ...

     - Trader : prise de décision urgente suite à fluctuations de la bourse, changement de cap d'un portefeuille d'action rapide ...

     - Golfeur : approche de la balle, adresse, évaluation du coup, routine ...

     - Professeur d'école : gestion d'un comportement déviant, motivation des élèves avant un examen, gestion d'une sortie de classe ...

     - Apiculteur : approche de la ruche, extraction du miel ...

     - Démineur : approche d'un objet dangereux, coupe-circuit, recherche d'explosifs ...

     - Parent : interaction avec son enfant suite à une bêtise, explications de notions difficiles, compréhension de ses problèmes, sorties en famille ...

Comme vous pouvez vous en douter, les actions critiques dépendent essentiellement de votre perception et de vos impératifs. Plus elles sont définies en anticipé, plus vous enclencherez des mécanismes productifs lors de leur survenue, tout en vous protégeant des distractions et des coups d'état émotionnel. Il peut être stressant pour un médecin urgentiste de gérer une plaie par balle chez un enfant, mais si une bulle d'action spécifique a déjà été mise en place et conceptualisée, elle permettra de mieux gérer la situation si elle se présente. De manière générale, il est intéressant d'avoir une bulle d'action pour chaque situation potentiellement à risque et/ou à enjeu important, ou qui peut avoir des conséquences dramatiques en cas de mauvaise gestion. Si vous identifiez dans votre vie des actions qui peuvent survenir régulièrement et avoir un enjeu moyen à important, ou des actions à très faible occurrence, voire exceptionnelles, mais qui peuvent avoir des conséquences dramatiques en cas de mauvaise gestion, je vous incite fortement à réfléchir à une bulle d'action construite en anticipé !

Pour pousser le concept encore plus loin, une action large, correspondant à une bulle d'action globale, peut se développer en plusieurs sous-actions, chacune comportant une bulle d'action spécifique. Pour bien comprendre ce concept, imaginons un golfeur de haut niveau qui s'apprête à jouer une compétition. Cette dernière se compose de plusieurs passages sur le même parcours, chaque parcours se composant de 18 trous, chacun comportant plusieurs phases de jeu (drive, coups intermédiaires, putting) :

 

Bulle Action Golf

 

Une première bulle d'action englobe le championnat en général. Elle comprend des notions de confiance en soi, de dépassement de soi, de sérénité, de préparation émotionnelle et énergétique. Elle peut intégrer des actions génériques de type : la veille du championnat, je définis une routine de repas, de méditation , d'endormissement, de focalisation ... Par définition, une bulle d'action va correspondre à des actions spécifiques qui seront toujours les mêmes, avec néanmoins une possibilité d'adaptation potentielle. C'est la mise en place d'une routine procédurale, qui peut s'étaler sur quelques secondes comme sur plusieurs heures. La bulle d'action "championnat" comprend la mentalité générale propice à la mise en condition préparatoire et les actions générales de mise en condition. Elle va inclure d'autres bulles d'actions qui seront imprégnées de cette mentalité générale.

Au sein de cette bulle d'action générale se dessinent quatre sous-bulles, qui correspondent à quatre passages sur le parcours. Chaque passage possède un rituel d'entrée et de sortie similaires, par exemple en classant ses clubs, en revérifiant ses balles, en nettoyant ses têtes de club, en projetant le parcours mentalement, en effectuant une séance de respiration ... La sortie de bulle peut correspondre à l'acceptation du résultat final du passage, à une séance de méditation post-parcours, à une douche chaude ... Le but est de créer une fin véritable à la bulle, en particulier sur le plan émotionnel, afin que l'émotionnalité d'une bulle ne vienne pas entacher la suivante (en particulier si cette émotionnalité possède une dynamique négative : colère, honte, déception, tristesse ...). Il est à noter qu'une trop forte émotionnalité positive (joie ou fierté excessive par exemple) peut avoir les mêmes effets délétères sur l'action suivante, en gonflant artificiellement sa perception de ressources. Une positivité réaliste reste de mise lors de l'évaluation des résultats, d'où l'intérêt de placer son évaluation de sa propre performance sur des critères objectifs de processus (j'ai réussi 12 putts sur 18 en réalisant l'ensemble de ma routine de façon correcte) que subjectifs (j'ai super bien joué aujourd'hui).

Au sein de ces sous-bulles se trouvent un ensemble de bulles d'action correspondant chacune à une action critique, possédant chacune un début, une fin, et un modus opérandi précis. Voici un exemple non exhaustif d'enchainement de BA :

- Mise en condition pré-parcours :

     - Début : Arrivée sur le site d'entrainement

     - Fin : Après avoir vidé un seau de balles

     - Process : Effectuer une routine procédurale pour chaque coup d'essai, changer de club à chaque coup

- Premier drive (long coup) du premier trou :

     - Début : Arrivée au niveau du départ

     - Fin : Rangement du club dans le sac après le swing

     - Process : Prise d'informations, sélection du club, coups d'essai, visualisation, adresse, réalisation du coup, acceptation du résultat

- Remise en condition entre deux coups :

     - Début : Début du roulage du chariot

     - Fin : Arrivée à 10 mètres de la balle

     - Process : Défocaliser l'attention de la balle et profiter de la nature, regarder les arbres, respirer calmement, se régénérer ...

- Second coup du premier trou :

     - Début : Arrivée à dix mètres de la balle

     - Fin : Rangement du club dans le sac après le swing

    - Process : Acceptation des conditions actuelles, prise d'informations, sélection du club, coups d'essai, visualisation, adresse, réalisation du coup, acceptation du résultat

Etc ...

Il est ESSENTIEL que chaque BA contienne un début et une fin clairement définis à l'avance, et que ces balises soient respectées : c'est ce qui assure le cloisonnement émotionnel entre chaque action. Sans cela, pour le golfeur par exemple qui rate son premier drive, il y'a de fortes chances que la déception ou la colère qui en résultent viennent contaminer l'action suivante, puis la suivante ... Si vous êtes en cours d'une séquence critique, même la plus grande erreur commise ne doit pas vous faire défocaliser de la suite des actions à mener. Imaginez que vous soyez capitaine d'un navire et que, par erreur, vous veniez de mettre le cap sur un autre bateau. Il est essentiel dans ce contexte d'accepter le résultat des actions précédentes et de rapidement créer une nouvelle bulle d'action, incluant les conséquences des précédentes, et orientée vers la sortie de crise. Sans cela, vous pouvez vous retrouver à ruminer ou à blâmer d'autres personnes, tout en continuant à foncer vers le bateau en face de vous ...

 

Collision bateaux

 

Vous trouverez ci après la fiche de travail concernant les bulles d'action, n'hésitez pas à en remplir autant que d'actions critiques identifiées dans tous vos domaines de vie :

Image Bulle Action
Surface rugueuse

Exemple réel

Toute mission dans une unité opérationnelle comprend un ensemble d'actions, intégrées dans une séquence, et se compose ainsi de plusieurs bulles d'actions spécifiques intégrées dans des bulles plus larges. Voici un exemple calqué sur une opération réelle montrant l'organisation de bulles d'actions :

- Bip d'alerte signalant un départ urgent pour une mission : ouverture d'une bulle d'action "mission", avec une réorientation de l'attention vers les éléments importants à prendre en compte pour gérer la mise en condition rapide, et un rapide détachement des tracas quotidiens (qui seront à nouveau pris en compte à la fermeture de la bulle d'action mission). Cette bulle s'accompagne d'actions spécifiques : revêtement de la combinaison d'intervention, rassemblement du groupe d'alerte, briefing collectif avec visualisation collective suivie d'une projection mentale personnelle (chaque ops possède la latitude d'action pour mener à bien sa mission, et donc procède à une visualisation subjective de sa mission, dans le cadre large de la séquence collective présentée par le leader).

  • Le départ en mission se fait soit en véhicule routier (voitures puissantes, généralement à plus de 180 km/h), soit en hélicoptère. Les déplacements, en particulier en voiture, sont déjà sources de stress et figurent une bulle d'action en soi. Pour ma part, la bulle d'action "conduite rapide" se constituait d'une hyper vigilance, d'une maitrise de la peur (émotion qui, si elle est bien maitrisée, permet de correctement prendre des contre-mesures immédiates, comme un freinage d'urgence lors d'un changement de file d'un usager dans notre colonne de voiture avant que notre cortex pré-frontal n'analyse la situation), d'une interaction permanente avec l'infirmier à mes côtés, afin de diminuer la somnolence, surtout de nuit, et de techniques de respirations dynamisantes régulières.

    • A l'arrivée sur les lieux de l'intervention, la bulle d'action "conduite rapide" se terminait précisément lorsque je fermais la voiture après avoir pris mes affaires, et je débutais ma bulle d'action "intervention" en réalisant un check de mon équipement, toujours de la même façon, en partant des chaussures vers le casque lourd, en passant par les ciseaux découpe-vêtement, la pochette de garrots tourniquets, le SIG PRO chargé ... Cette routine m'obligeait à me refocaliser sur la suite, tout en finissant de me libérer des aléas émotionnels possiblement rencontrés sur la route. Dans ma bulle d'action intervention, je suis en totale vigilance, en zone de défi, avec une focalisation sur les ordres à venir et sur les déplacements de la colonne. Les distracteurs (curieux qui prennent des photos, pensées des taches ménagères à finir ...) ne me parviennent pas ou sont rapidement chassées en refocalisant l'attention sur le processus en cours.

      • Un dernier briefing sur place active une bulle d'action "action critique" où l'assaut est mené. Cette bulle débute, après les explications finales du modus operandi de la mission, par une rapide visualisation des quelques scenarii potentiels les plus graves qui pourraient arriver, toujours en débutant par une visualisation d'action réussite afin de calibrer mon cerveau vers l'objectif : l'action est terminée, la menace est neutralisée, les éventuels otages sont pris en charges, les blessés sont en cours de soins. Puis, comme vous pouvez le voir dans le module projection mentale, la visualisation de la réussite anticipée ne servant qu'à calibrer ses processus physio-émotionnels, il est essentiel de projeter plusieurs obstacles potentiels afin de s'assurer de notre capacité à les surmonter. Exemple pour moi : "si le premier de colonne est touché au thorax, ils vont le tirer rapidement en arrière ou je pourrais le récupérer pour le prendre en charge. Je sors rapidement l'oxygène et me prépare à une exsufflation en cas de pneumothorax ...".

        • Cette action critique peut se sub-diviser en plusieurs points : progression sur zone, neutralisation de la menace, prise en charge médicale ... Chaque sous-action contient un mode de focalisation, un processus attentionnel, des distracteurs attendus et des gestes spécifiques propres. Lors de la progression, un blessé rencontré en route ne pourra pas avoir le même niveau de soins que lors de la phase de prise en charge des blessés (si l'on s'arrête lors d'un progression sans que la menace soit traitée, cela peut vite être dangereux).

      • La bulle d'action critique se terminera par le "finex" du chef de section, code qui signifie la fin de l'opération. Avant cela, aucune raison de sortir du mode de fonctionnement opérationnel. Après le finex, aucune raison de rester dans ce mode. Un des autres intérêts des bulles d'action est en effet de marquer une limite claire entre deux processus de fonctionnements, permettant d'économiser son énergie dès que l'hypervigilance n'est plus utile. A la fin de la bulle d'action critique, il est nécessaire d'accepter l'intégralité des résultats obtenus, et des conséquences que les séquences ont engendré, sous peine de ruminer et de perdre en énergie. Ce qui est particulièrement risqué si une nouvelle action critique se profile.

      • La bulle opérationnelle en tant que telle se termine suite au débriefing, obligatoire dans mon ancienne unité, et comportant un retour sur toute la cinétique, depuis le déclenchement jusqu'au finex. Les mots d'ordre sont bienveillance et critiques constructives, le cynisme et les railleries étant totalement délétères au fonctionnement à long terme.

    • A la fin du débriefing, on se déconditionne et on repart vers la caserne. Une nouvelle bulle conduite rapide se crée, puisqu'il est essentiel de rapidement rentrer pour se remettre en condition, en cas de nouvelle mission. Cette bulle intègre la fatigue des bulles précédentes, et, pour ma part, débute par une séance de dynamisation et d'étirements actifs. Si le retour se fait de nuit, une rotation des conducteurs est effectuée toutes les 30 minutes et on s'oblige à communiquer en permanence afin d'assurer la vigilance.

  • Arrivée à la caserne, on recomplète l'intégralité du matériel utilisé (pour ma part, cela consistait si utilisation au recomplètement du sac médical), avec une check-list ou tous les items sont cochés (après une mission de plusieurs heures et potentiellement un retour de nuit, il est essentiel de disposer d'économiseurs de cerveau!). La bulle d'action mission prend fin lorsque je quitte la caserne avec ma voiture personnelle afin de rentrer à la maison.

  • Arrivée à mon domicile, lorsque je fermais la porte de mon véhicule, je prenais quelques instants pour laisser venir à moi une scène agréable de notre quotidien en famille, datant des jours précédents. Cette visualisation me permettait d'ouvrir une bulle "famille", et ainsi de cliver de façon stricte avec la bulle "travail" précédente. En effet, vous pouvez très bien créer des rituels vous permettant d'alterner entre vos bulles de travail et de famille, afin d'éviter les contaminations émotionnelles croisées, et toutes les conséquences que cela implique.

 

Comment bien élaborer sa bulle d'action ?

- Réfléchissez tout d'abord aux différentes actions critiques qui nécessitent une réflexion préalable et l'élaboration d'une bulle. Ces action sont souvent à haute intensité, avec un enjeu important ou une forte émotionnalité. Vous pouvez également créer des bulles larges qui correspondent à des secteurs de vie : travail, famille, interaction avec les enfants, voyages, sport, loisir ...

- Définissez pour chaque bulle un début et une fin, facilement identifiables même s'ils peuvent être flexibles. Il est possible qu'une bulle ne commence jamais au même moment, mais qu'il existe un élément commun identifiable que vous pouvez définir. Pour ma part, se diriger vers un nouveau patient pour engager une prise en charge active une bulle d'action, que ce soit dans un service, aux urgences, sur un accident de la voie publique ou en mission. Cette bulle, qui comprend empathie, écoute active et rationalisation des processus, activera toujours les mêmes processus cognitifs.

- Une bulle correspond à un mode de fonctionnement cognitif particulier, avec une attitude, une émotionnalité, des comportements et des gestes si possibles réfléchis en anticipés, ainsi que des distracteurs attendus à éviter ou à connaitre afin de se refocaliser le plus vite possible sur l'action si ces derniers surgissent. Plus vous définissez ces éléments en anticipé, plus vos circuits cognitifs seront pré-calibrés au moment de l'action et vous proposeront le mode de fonctionnement optimal. Un exemple pour ma part : l'intervention au sein d'une conférence :

  • Début de la bulle conférence : la veille de l'intervention, visualisation d'une salle remplie et appréciant ma conférence, puis visualisation de mon intervention depuis l'entrée sur l'estrade jusqu'à la fin (retour à la visualisation initiale des participants appréciant l'intervention). Relecture de mon speech et de ma présentation.

  • Le jour même, ouverture d'une sous-bulle "intervention imminente" lors de l'entrée dans la salle. Respiration ample, imprégnation de l'atmosphère. Attitude calme, posée, posture digne avec épaules relevées et tête haute. Pas de regards fuyants. Écoute active des intervenants précédents.

  • Cinq minutes avant mon tour, boire une gorgée d'eau si disponible, puis cinq cycles de respiration relaxante et trois cycles de respiration dynamisante. Dernière projection mentale de la salle qui me remercie pour l'intervention, puis de la séquence d'action : je me lève, me dirige vers le pupitre, j'interviens en regardant les participants, je parle d'un ton clair, ni rapide ni trop lent. L'attitude est posée, sereine, la posture droite, sans crispation. Mes muscles sont détendus. Distracteur attendu : une personne qui n'écoute pas, regarde son téléphone, affiche une expression d'ennui ... Dans ce cas, mesure Si-Alors : Si mon attention se fixe sur ce type de personne, Alors je prend une inspiration, j'active un ancrage de ressource de revitalisation et de confiance et je cherche dans la salle le regard d'une personne intéressée. Le cas échéant, je me refocalise sur ma présentation et j'utilise un dialogue interne de type "crois en toi, aies confiance dans ce que tu racontes, tu connais ton sujet".

  • Fin de la bulle d'action "intervention imminente" lorsque je quitte l'estrade, après les éventuelles questions. Le retour à mon fauteuil se fait de façon détendue, en relâchant les tensions éventuelles qui n'ont plus d'intérêt. Acceptation totale de l'action qui vient de passer, quelque soit les remarques.

- Une bulle d'action n'est pas figée dans le marbre, au contraire ! Elle demande à être réévaluée et modulée à la lumière de son utilisation en réel. En fait, la procédure est une interconnexion entre la préparation et la mentalisation d'une part, et la confrontation à la réalité d'autre part. Finalement, comme tout autre procédure d'apprentissage !

Sketch cerveau

Système 1 et système 2

mistake-968334_1920.jpg

La gestion de l'erreur

lens-3046269_1920.jpg

Les modes de concentration

Projection de la Terre

La projection mentale

Screenshot 2021-05-16 at 13.52.00.png

Diagramme et images de performance

Posture de boxe

Le switch de physiologie

person-4733756_1920.jpg

Le dialogue interne

Nageur dans une piscine

La bulle d'action

lightbulb-3104355_1920.jpg

La théorie d'Atkinson

light-579290_1920.jpg

L'organe de ressources