Cours pour adulte à

FORMATION FOSTER & LITTLE

NOTIONS : L'attention

LE FOCUS ATTENTIONNEL

Au coeur de la performance et de l'efficacité dans l'action, le focus attentionnel est une notion fondamentale. Elle définit le ou les éléments sur lesquels nous redirigeons notre attention. Or nous le savons, notre attention ne peut se porter efficacement que sur un seul élément à la fois. C'est pourquoi la maitrise de cet élément est essentiel. Si, au cours de l'action, quelle qu'elle soit, mon attention est dirigée vers la mauvaise information, je ne pourrais pas être efficace, peu importe mes compétences.

Il est donc essentiel d'apprendre à être focus sur l'action en cours, c'est à dire être dans le moment présent (et immédiatement à venir), en faisant fis des souvenirs agréables ou désagréables du passé, et des attentes et craintes du futur. C'est pourquoi la pratique du Mindfulness, dite Méditation de Pleine Conscience, est actuellement en plein essor. Elle vous apprend à garder votre focalisation attentionnelle centrée sur le moment présent, garant d'une efficacité dans le ici et maintenant lors d'une action.

Notre monde actuel, saturé de technologies et sollicitations en tous genres, ne nous facilite pas la tâche. Notre attention est en permanence tiraillée par un flux excessif d'informations, souvent inutiles, qui nous empêche de nous adonner à une tâche particulière. Une étude américaine avait démontré que le simple fait d'avoir le téléphone sur la table des étudiants lors des examens (même éteint) diminuait leur résultats de plusieurs points (30% pour un téléphone allumé et 15% pour un téléphone éteint!). Par extrapolation, si notre attention ne peut être focalisée que sur un élément à la fois, les autres peuvent également percevoir cette focalisation attentionnelle lors d'une interaction. Pensez à toutes les fois où l'on intéragit avec quelqu'un tout en regardant notre smartphone. J'explique souvent aux parents que passer du temps avec ses enfants n'a aucun intérêt si tout ce temps se déroule avec un smartphone à la main, et peut même être nocif, puisque vous envoyez un message à l'autre : "tu es moins intéressant que ce que je regarde sur mon téléphone".

Screenshot 2020-10-20 at 19.00.15.png

Source photo : lepoint.fr

L'esprit ne peut se focaliser que sur un seul élément à la fois, en fonction de la pertinence de l'information et de son caractère inédit et/ou potentiellement dangereux. Nous avons dans notre cerveau un système de redirection de l'attention en cas d'élément à caractère menaçant dans le monde extérieur. Vous courez dans la forêt, une branche qui ressemble à un serpent apparait dans votre champs de vision. Votre système nerveux va capter cette information, pré-enclencher votre physiologie de défense (émotion physiologique puis psychologique de peur avec activation des systèmes de fuite ou d'attaque", et votre regard va être automatiquement ré-orienter vers l'élément menaçant potentiel. Cela sans que vous n'en soyez même conscient. Ce n'est que lorsque vous prenez conscience de la branche que vous êtes enfin capable de l'analyser et de mettre fin au processus de peur qui s'est auto-installé (ou le potentialiser si c'est effectivement un serpent qui vous regarde et non une branche). Ce système est bien entendu très utile pour notre survie, et nous permet de faire face ou de fuir des situations délétères pour notre organisme.

Mais dans la vie de tous les jours, la ré-orientation attentionnelle peut être contreproductive pour nos objectifs et les actions en cours. Si, alors que je cherche à me concentrer sur mes cours pour mon examen, mon attention divague en permanence, passant de mes dernières vacances à la mouche sur le mur, je ne risque pas d'être très productif. C'est également vrai si je me prépare à inciser ma laparotomie ou que je vais mettre en place le cathéter, alors que mon esprit est focalisé sur ma dernière engueulade avec mon collègue ou mon directeur des soins. Le corps, en cours d'action, n'est pas connecté à mes pensées et mon processus émotionnel. Mes muscles sont parasités par des tensions qui proviennent d'un mauvais champs attentionnel, avec de grands risques de mauvais gestes, mauvais langage envers mon équipe, et une augmentation du risque d'erreur.

Dans les schémas qui suivent, le stéthoscope représente une action en cours, et la coupe le résultat de l'action et/ou les conséquences de ce résultat.

Si l'on est correctement concentré sur l'action en cours, notre attention est portée sur le processus de l'action. C'est à dire les composantes immédiates de l'action, avec une actualisation permanente et une prise en compte intégrée de l'avancée de l'action. En gros, j'agis, je constate et j'agis en conséquence, je constate ... Je suis en contact avec mes sensations corporelles, je suis capable de sentir que j'ai pris les bonnes positions, je tiens correctement mes instruments ... Mes émotions et sentiments sont calibrées sur l'action, et ne sont pas parasitées par les actions antérieures et/ou les attentes et craintes futures. Je suis dans le moment présent, avec cette sensation que "JE" n'existe plus mais fais partie d'un tout dans lequel j'ai parfaitement ma place (un des propos les plus reportés de l'état de Flow). Mon corps, mon esprit, mes processus émotionnels sont alignés, en parfaite cohérence. Le Mode de Concentration (que nous allons voir plus loin) est en accord avec l'action, le plus souvent externe, et généralement étroit.

Untitled.001.jpeg

 

Si l'on est correctement concentré sur autre chose que l'action, par exemple une action passée ou une possibilité de résultat futur, notre attention se dissocie du processus, perdant toute connexion avec l'action en cours. Je ne suis plus en phase avec l'action, je n'ai plus de retour immédiat me permettant les micro-ajustements, je ne suis plus capable d'analyse fine, avec un risque amplifié d'erreurs, que je ne serai probablement pas en mesure de comprendre ni d'intégrer, ce qui conduit souvent à un effet tunnel sur l'erreur, source de sur-erreur fréquente. En gros, j'agis sans comprendre, je ne constate pas et je continue d'agir sans feedback ... Je suis déconnecté de mes sensations corporelles, je ne fais pas attention à mes positions, mon attitude ... Mes émotions et sentiments sont totalement en désaccord avec l'action, et parasitent complètement cette dernière (que ces émotions soient positives ou négatives d'ailleurs). Je suis dans le passé ou le futur, ou dans un présent fictif. Mon corps, mon esprit et mes processus émotionnels sont déconnectés et se parasitent mutuellement. Le Mode de Concentration est en total desaccord avec l'action, le plus souvent interne.

Untitled.002.jpeg

 

Le problème fréquent, quand on n'a jamais débuté de développement personnel ni travaillé son intelligence émotionnelle, c'est que notre cerveau nous donne l'illusion d'être capable de nous concentrer sur plusieurs éléments à la fois. En fait, il procède à des allers-retours incessants entre divers points de focus, créant dans notre cerveau une véritable activation chaotique, générant des parasites dans toutes nos chaines musculaires. En fait, j'active en même temps les processus musculaires en accord avec l'action en cours, mais également les chaines en lien avec la scène qui se déroule dans mon esprit. Ces deux activations vont souvent entrer en conflit et générer des comportements délétères, avec pour conséquence des résultats non satisfaisants. Ces derniers vont créer des pensées négatives qui vont augmenter l'écart et l'incohérence entre les résultats attendus et les résultats générés, un véritable cercle vicieux.

Untitled.003.jpeg
Attention.001.jpeg

 

Avec une attention focalisée sur l'action en cours tout au long de l'action, il est toujours possible d'obtenir des résultats en deça des résultats attendus, même si, le plus souvent, on aura limité la casse. Mais il est également possible (et même probable) d'obtenir au moins les résultats attendus, sinon beaucoup mieux ! J'ai eu l'impression de mettre en place la perfusion d'une façon parfaite, d'ailleurs, le patient n'a rien senti ...

Attention.002.jpeg

 

Bien entendu, garder son attention focalisée en permanence dans le bon mode durant l'action est idyllique, c'est pourquoi il est essentiel de savoir reconnaitre lorsque nous ne sommes pas dans le bon mode de concentration, et savoir se reconcentrer avant de continuer. Il n'est généralement pas grave de se déconcentrer au cours d'une action. Ce qui est grave, c'est de continuer cette dernière en restant dans le mauvais mode de concentration, avec une attention défocalisée. Cela conduit généralement à un résultat allant de mauvais à catastrophique. Apprenez à définir quel est le mode de concentration optimal pour chacune de vos actions importantes. Vous serez ensuite facilement en mesure de reconnaitre lorsque vous sortez de ce mode de concentration afin de vous recentrer rapidement. Beaucoup font l'amalgame lorsqu'ils commencent la pratique de la méditation de pleine conscience, de croire que le but de cet exercice est de fermer les yeux et de rester centré sur sa respiration pendant plusieurs minutes ou dizaines de minutes, sans aucune pensée intercurrente. Lorsque une de ces pensées survient (ce qui est inévitable si votre cerveau fonctionne, ce qui est le cas chez quasiment tout le monde), ils ont tendance à penser que l'exercice est un échec et que la méditation, "c'est pas pour moi". Au contraire, la méditation de pleine conscience consiste à prendre conscience que l'on est sorti de sa concentration focalisée, afin d'y revenir et de recommencer à être attentif sur l'élément de son choix (généralement, la respiration) :

A.001.jpeg

 

Notre attention a tendance à se recentrer en permanence vers des éléments pertinents (ou du moins, jugés pertinents par notre système réticulé antérieur), inédits et suscitant un certain intérêt. C'est pourquoi il est difficile, voire impossible de se concentrer sur la même tâche pendant plusieurs minutes, plusieurs heures d'affilée. D'autant plus si vous n'avez pas définit au préalable le temps nécessaire à l'accomplissement de l'action, qui plus est si cette dernière est rébarbative. C'est pourquoi une des techniques les plus importantes lors de la mise en place de votre bulle d'action (outil que nous verrons dans la deuxième partie) consiste à définir exactement le début et la fin de l'action, afin de donner des balises à votre sstème attentionnel pour que ce dernier ne cherche en permanence à se réorienter.

Nous avons parlé de modes de concentration, mais quand est-il exactement ? Nous évoluons en permanence au sein de quatre modes distincts de focalisation attentionnelle, classé sur deux axes : large - étroit et externe - interne.

Screenshot 2020-10-20 at 18.18.09.png

Interne-Large : C'est généralement un mode analytique ou de remémoration des souvenirs (comme quand je me rappelle mon dernier voyage à Londres et que je peux revoir toute la ville). Ce peut être un temps de réflexion intéressant AVANT de débuter l'action : comprendre quelles sont les possibilités et les challenges, anticiper les difficultés, définir des stratégies alternatives ... Ce mode est généralement inapproprié au cours de l'action, car l'attention n'est plus focalisée sur la dynamique de l'action elle-même, ne permettant pas une cohérence corps/esprit.

Interne-Etroit : C'est un mode de préparation ou d'accès à des mémoires spécifiques (par exemple, se rappeler le visage d'un patient, ou anticiper la position de ma main durant une intubation). C'est un temps de travail interne ou l'on peut se focaliser mentalement sur un détail spécifique, afin de préparer certaines séquences de l'action à venir. Ce peut également être un instant utile de retour vers le présent immédiat en cas de déconcentration (si je suis perdu dans un passé ou un futur non productif), en se refocalisant sur une sensation "interne" (la sensation par exemple de contraction musculaire de mes avant-bras afin de maintenir le scalpel qui va me permettre de débuter ma trachéotomie). Il n'est par contre que rarement utile dans l'action en tant que telle, sauf si cette dernière demande une focalisation musculaire (en escalade par exemple lors de la prise, moment où l'on pourrait presque fermer les yeux).

 

Il faut savoir qu'en mode interne, nous pouvons être focalisé soit sur un moment présent (décalé du présent de l'action, un exemple farfelu serait de visualiser le temps qu'il fait à Tokyo en ce moment), soit sur un moment passé (un souvenir, réel ou fantasmé), soit sur un futur hypothétique (souvent lié à d'éventuelles conséquences néfastes qui pourraient survenir si je ne réussissais pas l'action, ce qui a souvent pour conséquence de conduire à ce résultat : concept de prophétie auto-réalisatrice).

Externe-Large : C'est un mode d'évaluation, où l'on prend en compte notre champs de vision en général. Cela permet de récupérer des informations complémentaires nous permettant de mieux cerner la situation (par exemple en médecine de guerre, lever les yeux de la blessure qu'on est en train de suturer sur un champs de bataille pour vérifier si la situation tactique a évolué et si je dois me mettre à l'abris).

Externe-Etroit : C'est généralement le mode de focalisation attentionnelle durant l'action, là où mon attention est dirigée directement vers l'élément le plus pertinent, celui qui me demande le plus d'énergie cognitive. Mon regard est par exemple posé sur la veine que je m'apprête à piquer, je la voie et j'ai un "contact cognitif" avec elle. Ce concept est essentiel car je peux très bien avoir les yeux rivés sur la veine tout en rêvant de mes vacances qui commencent ce soir. Dans ce cas, je ne suis pas en étroit-externe mais en large-interne, et il est important de me refocaliser.

Connaitre les différents modes de concentration, c'est déjà disposer d'un outil de compréhension de mon fonctionnement. Avec ça, je peux commencer à lister les moments où je me trouve dans le bon mode, et les actions dans lesquelles je suis dissocié et nécessite de me refocaliser. N'oubliez pas, même si, la plupart du temps, l'externe-étroit est le mode le plus adapté, ce n'est pas forcément le cas pour tous les types d'action : définissez quel mode correspond aux différentes actions que vous rencontrez, afin d'être pleinement efficace. Si vous jouez libéro en défense dans votre club de football, vous passerez la plupart du match en externe-large. Si vous êtes hypnothérapeute, vous switcherez régulièrement entre les modes externes et internes ...

Avoir une attention totale dans l'action est un des éléments fondamentaux qui va vous permettre d'accéder à l'état de Flow, également conditionné par le plaisir que vous prendrez à agir.